Olomouc at the top



Three years, three excellent awards by the world’s prestigious guidebook. Lonely Planet made a list of the most beautiful, yet lesser known tourist destinations. It wasn’t the hot springs of Iceland, Gibraltar Rocks, Odysseus' Ithaca or Luxemburg that ranked in first place but the historical center of Olomouc!

The mini guidebook, Secret Europe, presents tourists with fifty cities from different parts of Europe. The largest, world-renowned guidebook publisher attracts tourists to Olomouc by saying that “in terms of tourism Olomouc can be equated to an authentic restaurant which is your own, small, personal secret. The Main Square is amongst the most enchanting in the country. It is surrounded by historical buildings. It is adorned by the Holy Trinity Column listed as the UNESCO World Cultural and Natural Heritage. Magnificent churches, many of which host an exciting history, are scattered in the streets of the historical center. Explore the foundations of the ancient Olomouc castle in the Archdiocese Museum which is a must-see and then set out to one of the many pubs or mini-breweries”. In 2012, the publisher also awarded Olomouc by ranking it in the top ten most beautiful hidden treasures in Europe. One year later it was once again on the list of the recommended destinations in Moravia. “It’s beautiful as well as surprising for us. Lonely Planet is to tourist guidebooks what Michelin is to gastronomy. I perceive it as a win in the tourist Olympics,” responded Olomouc mayor, Martin Major, when he first heard of the award. “I am very pleased that the professional editor-in-chief of this publication truly appreciates the beauty of our city, its picturesque atmosphere and its uniqueness.

Apart from other things, Olomouc captivated them by the fact that it offers the same architectural treasures as Prague but without the crowds of tourists. It is definitely Olomouc’s advantage in comparison with our capital. However, despite repeated acclaim from the renowned guidebook, it may only be temporary”, mentioned the mayor, Major, with a smile. The deputy mayor, Jan Holpuch added, “I believe that this is an opportunity to introduce our beautiful city to many other tourists.” “I think that being awarded as a hidden treasure or undiscovered city will give Olomouc an even stronger stamp of attractiveness and will evoke more interest in potential visitors.”

Olomouc has been trying to advertise its beauty in a high-quality and systematic way. In the past years, this attempt has proved effective. Statistically as well as simply looking into the streets of the city center confirms that the number of tourists to Olomouc has truly increased. Olomouc is on the list of destinations offered by travel agencies as for example, one-day trips from Prague or as a part of the Vienna – Krakow route. “Greater advertising in cooperation with the agency CzechTourism certainly helped.

This agency gives Olomouc more space than before”, says Karin Vykydalová, head of the tourism department. “Acclaim from Lonely Planet obviously helps. Ideally, a visitor comes here based on the recommendation, is satisfied here and then recommends Olomouc to his friends back home”, adds Dušan Gavenda of the same department. Lonely Planet Secret Europe can be downloaded for free at: www.lonelyplanet.com/secret-europe.

Accueil / Informations de base - Histoire de la ville /  Olomouc aux XIXe - XXe siècles / fr ^
 

Centre d'information

Informační centrum

i place Horní náměstí
Arcades de l’Hôtel de ville
779 11 Olomouc

Ouvert tous les jours de 9h00 à 19h00
tél.: (+420) 585 513 385, 392
E-mail:

 

Plan

Mapa města
 

Olomouc region Card

Olomouc Region Card

Olomouc Région Card est une carte de réduction touristique qui vous permet de visiter d'importantes économies d'Olomouc. Son achat pour vous assurer complètement écartée ou entrée libre.

 
Pá 23. 08.

16°C
couvert
So 24. 08.

24°C
peu nuageux

Histoire de la ville

sdílet

Olomouc du 19ème siècle à l’époque contemporaine

Après 1800 le développement de la sphère artistique à Olomouc a connu une crise. La plupart des commandes étaient attribuées aux artistes viennois. Cela ne signifie pas bien sûr que la vie culturelle s’est complètement arrêtée à Olomouc : la ville en effet a fait construire un nouveau divadlo entre 1827 et 1830.

Olomouc ne manquait pas non plus de personnalités importantes au début du 19ème siècle. Ce n’est certainement pas un hasard si Ludwig van Beethoven a dédié en 1823 sa Missu Solemnis tout juste achevée à l’archevêque d’Olomouc Rudolf Habsburk.

En 1820, à l’initiative de l’archevêque, est construit le premier parc d’Olomouc, dans la pente des fortifications. Les vergers ont ensuite été repris en charge par la ville en 1832. l’expansion économique de la ville était freinée depuis longtemps pas l’anneau serré des fortifications.

C’est la raison pour laquelle la construction du chemin de fer a été particulièrement importante pour la ville. Le premier train est entré dans la ville en grande pompe en 1841. Trois des constructeurs du chemin de fer ont même été nommés citoyens d’honneur d’Olomouc. Les évènements orageux de 1848 se sont traduits pour Olomouc par un séjour de la cour impériale de cinq mois en ville. C’est à cette époque que l’empereur François Joseph I. a accédé au trône dans le palais épiscopal.

Le fort et sa démolition

Dans les années qui ont suivi, Olomouc a vu se dérouler de nombreuses rencontres internationales. Entre autres le traité d’Olomouc a été signé en 1850 entre l’Autriche et la Prusse, concernant la position de ces deux états dans la Confédération germanique. En 1860, l’interruption de l’enseignement supérieur est un évènement malheureux pour Olomouc, et l’université devra attendre de nombreuses années pour reprendre son activité, jusqu’en 1946. Le système défensif des fortifications, frein au commerce et au développement urbain, a encore été amélioré entre 1850 et 1866 par la construction d’une petite forteresse aux environs de la ville. Les efforts de la ville pour se défaire de ses fortifications ont été sans résultats en 1868 et 1871. Finalement en 1866 Olomouc ainsi que les villes de Terezin et Josefov ont perdu leur statut de villes fortifiées grâce à un décret impérial. L’essor urbain a connu une véritable explosion en 1894. L’apparence des parties nouvellement construites de la ville a été fortement influencée par le plan de régulation conçu par Camillo Sitte au tournant du siècle.

En 1918 le cadastre de la ville est passé d’une surface intramuros de 53 hectares à une surface totale de 300 hectares. Le progrès scientifique et technique n’épargne pas Olomouc et change le visage de la ville au 19ème siècle. Il ne concerne pas seulement les constructions ferroviaires déjà mentionnées. En 1862 a été construite la centrale à gaz de la ville, et en 1889 une usine hydraulique. La construction de la centrale électrique de la ville a eu lieu en 1898 et dès l’année suivante le premier tramway circulait dans les rues de la ville. L’industrie s’est également développée : dans les environs de la ville ont été construites de nouvelles usines, des sucreries, des malteries, une brasserie, des usines sidérurgiques, etc…Olomouc a vécu de manière très intense les événements liés à la naissance de l’état tchécoslovaque en 1918.

La grande Olomouc

La ville a gagné une importante majorité d’habitants tchèques, par la formation de la grande Olomouc, lorsqu’ont été rattachées les deux villes de Hodolany et Nova ulice et les onze communes de Bělidla, Černovír, Hejčín, Chválkovice, Lazce, Nové Sady, Nový Svět, Neředín, Pavlovičky, Povel et Řepčín en 1919. L’occupation nazie entre 1939 et 1945 a gravement frappé Olomouc, et les évènements d’après février 1948 ne représentent pas non plus une période heureuse de l’histoire de la ville. Il est difficile de trouver pendant cette époque d’ « effort constructeur » un événement historique positif plus significatif que les autres. L’aspect positif a été sans aucun doute le fait que le centre historique de la ville a été classé « patrimoine urbain protégé ». Cette décision a au moins éliminé en partie les efforts de construction d’ « un nouveau monde » aux endroits même où nos ancêtres avaient bâti un patrimoine culturel unique. L’ère communiste a cependant laissé de nombreuses traces, au centre de la ville comme à l’extérieur, qu’il s’agisse de la reconstruction de l’horloge dans l’esprit du réalisme socialiste, de la construction du centre commercial « modèle » juste à côté de l’église Saint Moritz ou des remparts de barres d’immeubles aux abords de la ville. Les nombreuses générations à venir auront encore à supporter tant bien que mal les résultats de ces constructions.

Les années quatre-vingt-dix ont été synonyme d’un nouvel espoir pour la ville et ses habitants. Olomouc a cependant dû affronter encore une épreuve très difficile à la fin du siècle. Les inondations les plus destructrices du siècle ont frappé en 1997 plus d’un tiers de la surface de la ville et ont laissé leurs traces dans les quartiers qui s’étendent le long de la Morava : Černovir, Lazce, Nové sady. Le siècle et le millénaire se sont finalement achevés à Olomouc par un événement heureux, qui a récompensé les artistes baroques pour leur œuvre et les contemporains pour leurs efforts de conservation du monument : l’inscription solennelle de la colonne baroque de la Sainte Trinité au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO a été l’occasion d’une grande célébration et un événement important pour clôturer l’histoire du deuxième millénaire de la ville.

GALERIE PHOTO